La Fiction du « Je », chronique d’une mort annoncée

La fiction du « je ». Chronique d’une mort annoncée.
[COURS en 2 SEANCES: 16 et 23 MAI] dans le cadre de l’Exposition Unexistant – Alec De Buscchère, ISELP, Bruxelles.

Et si le moi n’était que fiction, un maillage subtil de représentations et d’énoncés ? Et si le visage n’était que le support de ces significations, évoluant au gré des mentalités et des conceptions du monde ? Objet de réflexion, au double sens du terme, le visage est un moyen d’accéder, voire d’anticiper, les paradigmes qui dessinent les contours d’une époque.
Du fait de son impossible auto-perception, l’humain s’est doté d’organes artificiels prolongeant son moi. Le masque est l’une de ces créations d’organe, il est le premier stade d’un processus d’individuation technique promis à évoluer. Il représente la version archaïque d’un phénomène d’externalisation industrielle de la face qui, de l’invention du sujet moderne par la photographie à la « facebookisation » du monde, refonde en permanence notre identité.